top of page
Projet-Pilote pour une approche intégrée de l’accompagnement des femmes migrantes ou réfugiées en situation de vulnérabilité
Le projet en bref
2.png

Les vulnérabilités particulières des femmes réfugiées sont des freins dans leur parcours d’intégration. Le rapport de l’Académie nationale de médecine sur la situation sanitaire et sociale de l’immigration en France publié en février 2020 montre que les freins à l'insertion des femmes exilées peuvent être exacerbés par les séquelles psychologiques des violences qu’elles ont pu subir dans leur pays d’origine, durant le trajet migratoire, mais également après être arrivées en France.

Les femmes victimes de violences rencontrent davantage de difficultés que les hommes ou des femmes arrivées en France pour des raisons différentes. Elles cumulent les difficultés rencontrées par la plupart des migrants (non-maîtrise du français, méconnaissance de la société d'accueil et de son système administratif) et des problématiques spécifiques à leur parcours.

 

Le projet porté par FEA à Paris et le CACIS-Maison d’Ella à Bordeaux propose un modèle de prise en charge holistique pour les femmes en difficultés et /ou victimes de violences, immigrées ou réfugiées et la formation de professionnel·les au repérage et à la prise en charge des vulnérabilités.

Une offre d'accompagnement pluridisciplinaire

Les femmes victimes de violence se voient proposer une offre d'accompagnement pluridisciplinaire comprenant un diagnostic initial de repérage des difficultés sociales et des violences subies ainsi qu’un suivi social global, une prise en charge médicale et/ou psychologique, des ateliers physiques ou artistiques, collectifs ou individuels favorisant le bien-être et l'estime de soi.

 

Les ateliers seront préconisés en fonction de la situation individuelle de chaque femme. La reconstruction étant un processus long, la prise en charge respecte le rythme de chaque femme, qui bénéficie alors d'un accompagnement personnalisé et adapté à sa situation.

 

Les équipes de prise en charge sont composées de salarié·es, de prestataires et de bénévoles. 

La formation des professionnel·les

 

Les formations proposées aux professionnel·les de première ligne concernent les violences de genre dans le contexte de l'asile, la migration, les droits et santé sexuels et reproductifs et les psychotraumatismes.

 

Ces formations s’appuient, pour FEA, sur un manuel de formation sur les violences subies durant le parcours d'exil, les vulnérabilités, la compétence interculturelle, l'aide psychologique d'urgence et les violences conjugales (modules développés dans le cadre du projet MFGE – 2019-2021-, et complété dans le cadre du projet MFGE-AC, projets financés par l’Union Européenne). Le CACIS a également développé ses propres modules de formation dans le cadre de ses activités et est certifié Qualiopi. 

 

Une brochure de capitalisation en direction des professionnel·les pour former/informer sur les vulnérabilités

 

Une brochure de capitalisation sera produite dans le cadre du projet. Intitulée "Repérer et prendre en charge les vulnérabilités chez les femmes réfugiées", cette brochure, d'une trentaine de pages, sera réalisée en mai 2023. Elle sera largement diffusée auprès des professionnel·les de l'asile, du social, de la santé, de la police, de la justice ainsi que dans les centres d'hébergement pour les sensibiliser à la question des vulnérabilités chez les femmes réfugiées et d'adapter la prise en charge. Des formations seront proposées par les partenaires du projet pour une meilleure prise en main de l'outil. 

 

Enfin, un évènement de partage de l'expérience du projet et de diffusion de la brochure de capitalisation sera organisé en juin 2023. L'évènement réunira à Paris les associations travaillant dans les secteurs de l'asile, de la prévention et de la prise en charge des violences faites aux femmes, du social, les institutions publiques en charge de l'asile et de l'aide sociale, les autorités locales et régionales, les financeurs.  


Qui sont les bénéficiaires du projet ?

 

Les femmes bénéficiaires de la prise en charge holistique sont :

  • Des femmes victimes de violences basées sur le genre ;

  • Ressortissantes de pays tiers à l'UE, et primo-arrivantes (bénéficiaires de la protection internationale ou subsidiaire ou arrivées en France et régularisées dans un autre cadre, par le regroupement familial par exemple).

 

Toutes bénéficieront d’un entretien diagnostic lors de l’accueil, puis selon les besoins, d’un accompagnement individualisé et d’activités de groupe.

 

Les professionnel·les participant aux formations proposées seront des acteur·ices de l'intégration publics et privés, bénévoles ou salariés. Elles et ils interviennent dans les secteurs du social, de la santé, de l’immigration et de l’asile. Les formations pourront également s’adresser aux représentant·es de l'Etat et/ou des collectivités territoriales.  


Durée du projet et financement

 

Le projet est mis en œuvre du 01/09/2022 au 31/12/2023.

Le projet est financé par le Ministère de l’Intérieur et des outre-mer, Direction générale des étrangers en France (DGEF), Direction de l’intégration et de l’accès à la nationalité (DIAN).

bottom of page